EQUIPES LITURGIQUES

Les personnes qui composent les équipes liturgiques, recherchent par petits groupes, les prières et les chants pour animer la messe du dimanche. Elles rendent ce service sous la direction des prêtres de la paroisse et du service diocésain de formation à la liturgie.

REUNION DES EQUIPES DE LITURGIE

Les paroisses d'Araules, Beaux, Bessamorel, Grazac, Saint-Julien-du-Pinet, Saint-Maurice-de-Lignon étaient représentées. Après une présentation des personnes présentes et un temps de prière, il est rappelé quelques éléments relatifs au temps liturgique du Carême à partir du document des Fiches dominicales du numéro du Mercredi des Cendres.

L'idée générale est que ce temps liturgique doit être distingué, distinct des dimanches ordinaires ou du temps pascal. Déjà, le vêtement liturgique change de couleur, mais il est proposé d'autres éléments d'unification et de distinction :

Utilisation d'un chant commun à tous les dimanches de Carême
de façon à unifier ce temps liturgique.
On proposera G 229 "Avec toi, nous irons au désert".


Dans le même sens, on propose un même rite pénitentiel, tel que G 310, "Jésus, berger de toute humanité" ou "Homme au milieu des hommes". Les revues proposent également de se tourner vers la croix, durant la préparation pénitentielle : à la fois l'assemblée et le célébrant qui, pour ce faire, est amené à se déplacer devant la croix.

Pour le chant du psaume, les Fiches dominicales proposent une même mélodie pour les cinq dimanches, le texte du psaume étant celui prévu par le Lectionnaire. La dernière incise est reprise par tous.

L'acclamation de l'Évangile est celle proposée par le Lectionnaire, chaque dimanche.

Le Sanctus et l'Agnus seront communs aux cinq dimanches, ainsi, par exemple, AL 173, Sanctus de Daniel, qui a l'avantage d'avoir une mélodie " sobre ", pour ce temps de pénitence.

Pour la procession de communion, on prendra un chant de circonstance, côté D, ou on pourra communier en silence, réservant le chant à l'action de grâce.

Ces propositions ont été discutées entre les participants : la configuration des églises, les moyens en chanteurs étant différents d'une paroisse à l'autre, c'est aux laïcs, en lien avec leur prêtre, de trouver les usages les plus adaptés à leur assemblée. Il faut que le peuple participe au mieux à la prière : aussi, des signes aussi simples qu'un silence avant l'oraison ou durant la communion peuvent permettre de prendre conscience de la démarche. L'utilisation d'un chant commun à tout le temps du Carême n'est pas à craindre : si pour " Avec toi nous irons au désert " on respecte bien l'alternance entre les chanteurs ou le soliste et l'assemblée, celle-ci aura plaisir à apprendre ce chant ou à le rechanter d'un dimanche sur l'autre. Faisons l'expérience et plaçons-nous toujours à la place du paroissien qui n'a l'occasion de chanter ce chant qu'une fois par semaine, tandis que le chanteur, lui, l'a répété plusieurs fois durant la semaine...

accueil